Index de l'article

Les attractions

Quinze jours avant la fête des affiches multicolores placardées dans Quissac et dans les villages alentours annonçaient les festivités. Pour plus de sûreté, Fabret le garde champêtre publiait ses annonces dans les rues et sur les places au son de la clochette : 

« Drelin, drelin, drelin !

Avis à la population ! Le Comité de la fête de Vièle invite les Quissacoises et les Quissacois samedi, dimanche et lundi sur la place du plan de l’Eglise.

Nombreuses attractions : 

Concours de pétanque, jeu de quille, loto, tir….

Bal tous les soirs jusqu’à l’aube avec le grand orchestre Puechmarin ou Raoul Remolino.

Qu’on se le dise ! »

 

La buvette était installée contre le mur de la cure, le stock de boissons sans le jardin du curé, une pompe à main distribuait l’eau fraîche. Le stand de tir était dressé sur le chemin de Jallagier et la cible contre le mur de la maison Gervais. Certains malins tiraient sur la cloche de l’horloge municipale de l’Eglise. Le jeu de quilles s’étendait devant le garage de Monsieur Cabane ; le boulanger y garait son âne et y remisait ses fagots pour chauffer son four.

Les concours de boules se déroulaient sur le parvis de l’Eglise autour de la croix, dans la rue Bourbon, vers les cimetières. L’estrade se trouvait contre l’Eglise en face de la rue de Vièle. Le reste de la place était occupé par des guéridons, des grandes tables où les familles et les amis se réunissaient. On s’invitait autour de quelques canettes de bière « La Meuse » et de la limonade « Pschitt » servies dans des grands verres à « bulles » déformantes.